samedi 21 avril 2018

Liseuse VS Livre: le match

Ok, j'ai fait un titre sensationnaliste alors que pour moi c'est tout vu: définitivement le livre !

Je vais même avouer que je parle sans connaitre car je n'ai jamais testé de liseuse. Mais le livre est un objet que j'affectionne particulièrement et depuis toujours.
Petite je passais du temps à classer les livres par ordre alphabétique dans la grande bibliothèque familiale et à jouer à la bibliothécaire pour des lecteurs imaginaires ...
J'aime les couvertures des livres, j'aime l'odeur des pages, j'aime les prêter, j'aime choisir mon marque-page (parfois la carte d'un hôtel qui me rappelle le lieu où je l'ai lu, parfois l'origami fait par ma nièce, ...), j'aime savoir où j'en suis et ce qu'il me reste à lire: important quand je trouve un livre bof, très important quand je l'adore pour me préparer mentalement à le quitter.

J'imagine qu'avoir une liseuse est pratique pour ceux qui voyagent beaucoup ou qui lisent dans les transports en commun tous les jours mais imposer à ses yeux un enième écran (avec les ordis et les smartphones ça commence à faire beaucoup !!!) et avoir encore un appareil à recharger (donc un chargeur à transporter) ne m'intéresse pas.
A cela on peut ajouter qu'une liseuse est constituée de composants électroniques, de minerais rares, de plastique, et qu'il faudra la remplacer pour cause d'obsolescence programmée ou d'incompatibilité avec les systèmes qui évoluent à vitesse grand V... bref, loin d'être eco-friendly tout ça.
J'ai lu l'étude du cabinet 'Carbone 4' qui estime l'empreinte carbone d'un livre papier à 1,3 kg d'équivalent CO2 contre 235 kg pour une liseuse. Sachant qu'un français ne lit en moyenne que 14 livres par an il faut être un lecteur acharné pour justifier une telle empreinte carbone.

De son côté le livre papier a évolué grâce aux éditeurs pour utiliser des plantations gérées durablement, du papier certifié, développer des boites à livres dans les villes pour les partager et des filières de recyclage.
Moi, j'adore les prêter pour ensuite en parler, puis, lorsque j'en ai vraiment trop, je mets de côté ceux que je suis certaine de relire un jour et j'apporte le reste chez Emmaüs (qui a été heureux d'en remplir un plein caddie l'été dernier).

dimanche 1 avril 2018

Ta deuxième vie commence...

Certains ont adoré, d'autres ont détesté ... je ne suis pas fan des lectures de développement personnel mais je décide de me faire mon propre avis !
L'histoire n'est pas captivante (voire un peu tirée par les cheveux) mais les conseils égrenés par le "routinologue" que rencontre Camille, par hasard, ne sont pas dénués d'intérêt: faire preuve de bienveillance vis-à-vis de soi-même, retrouver son enfant intérieur, penser positif pour récolter du positif, se contenter "d'être" ...
Je résumerais en disant qu'on travaille chacun à son propre bonheur et qu'il n'est pas trop tard pour changer ce qui ne nous satisfait pas. "Prenez tout ce qu'il y a d'intéressant à prendre, vivez les choses à 400%, au lieu de vivoter et d'attendre en ruminant qu'un providentiel changement tombe du ciel".

 Rien de neuf ou de révolutionnaire mais un rappel qui peut faire du bien à ceux qui ne se sentent pas/plus en phase avec leur vie professionnelle ou personnelle ou qui hésitent à sauter le pas.

dimanche 25 mars 2018

Où manger asiatique à Lyon ?

Ces dernières semaines, j'ai eu l'occasion de me rendre dans plusieurs restaurants asiatiques dans 3 quartiers différents.

Le resto cantonais Engimono Xin Ye - 8 rue Servient, Lyon 03 n'est pas très grand et peu visible mais je vous conseille de ne pas le rater: je n'y ai jamais été déçue ! (oui, je l'ai déjà testé plusieurs fois)
Pour une petite faim la soupe won-ton (potage au raviolis chinois) est parfaite mais si vous avez plus d'appétit, n'hésitez pas à partager les bouchées à la vapeur, les aubergines sucrées et le porc pané sauce-aigre-douce.
Bon rapport qualité/prix, service efficace et sympathique mais livraison à domicile possible !!
Restons en Chine en poussant la porte de Xiao Chi, 2 rue Giuseppe Verdi - Lyon 01.
A deux pas de l'Opéra ce petit resto a égayé une journée maussade grâce à une soupe de raviolis chinois et un bao (petite brioche fourrée au porc ou autre): on sort rassasié pour 11,90€.
La rue piétonne permet quelques tables en extérieur et on imagine déjà y déjeuner cet été d'une salade de pâtes froide, de beignets farcis ou d'un plat de viande accompagné de riz.

Enfin, cap sur la Thaïlande pour découvrir le Siam Bistrot, 7 rue Danton - Lyon 03.
Dans un cadre moderne, voici un bistrot thaï où j'ai apprécié un plat végétarien à base de tofu, riz et petits légumes. La carte est courte mais les produits savoureux et vous pouvez aussi hésiter entre les bons desserts: tiramisu à la mangue, riz gluant à la crème de marrons ou perles de tapioca à la banane.
A toutes fins utiles: méfiez-vous du terme "relevé" :-)

dimanche 18 mars 2018

Le Livre des Baltimore

Dans ce roman, le jeune Joël Dicker narre l'histoire de la famille Goldman. Une partie de la famille vit à Baltimore, dans le luxe, la réussite tandis que l'autre partie vit à  Montclair, bien plus modestement. Le jeune Marcus Goldman (de Montclair) adore sa famille de Baltimore, passe avec eux toutes ses vacances et forme, avec ses cousins, le "Gang des Goldman".
Marcus raconte l'histoire de sa famille qu'il a tant aimé et de la façon dont tout a basculé, révélant les secrets, les frustrations, les erreurs des uns et des autres.

Grâce à de beaux portraits des personnages chers au narrateur, ainsi que de nombreux effets d'aller-retour entre passé et présent, ce second roman se lit assez facilement.
Toutefois, l'intrigue n'est pas aussi prenante que dans "La vérité sur l'affaire Harry Québert", 1er roman de l'auteur au succès incontestable que je ne cesse de recommander aux fans d'enquête ! D'ailleurs, une série de 10 épisodes devrait voir le jour, je croise les doigts pour qu'elle nous tienne autant en haleine que le roman !


dimanche 4 mars 2018

Evasion madrilène

J'ai pris mon temps mais voilà un article retraçant nos récents 4 jours à Madrid: culture, gastronomie, balade nez en l'air... le break parfait !
Commençons par l’hôtel 7 Islas que je ne peux que recommander: chambre spacieuse, lumineuse, déco industrialo-moderne très réussie, literie confortable et personnel discret mais efficace.
Situé à la limite des quartiers de Chueca et Malasana, à quelques pas de Gran Via c 'est parfait pour parcourir la ville, sortir dans les bars et restos les plus animés tout en se reposant au calme.
Il y a énormément de sites à visiter à Madrid, je conseille:
  • le musée de la Reina Sofia
  • el convento de las Descalzas Reales: à réserver sur interner impérativement
  • le mercato San Miguel pour se régaler dans cette belle halle couverte
  • le mercato San Anton
  • la cathédrale de la Almudena
  • l'ermitage de San Antonio de la Florida
Évidemment, se balader dans les quartiers de Lavapiés, dans le parc du buen retiro et dans le bario de les letras est agréable et permet de voir la "vraie" vie des madrilènes.
Côté shopping, les grandes enseignes internationales ont d'énormes magasins sur Gran Via et dans les rues adjacentes. Je vous conseille de découvrir d'autres marques grâce aux boutiques de la calme Calle de Leon.
Vous rapporterez certainement de votre escapade du jamon iberico et du manchego - ou autre fromage de votre goût- mais vous pouvez aussi vous arrêtez dans la pâtisserie Horno San Onofre pour déguster la tarta de Santiago (tarte aux amandes qu'on trouve pour les fêtes de fin d'année et qui voyage très bien en avion !) ou les turrones et autres mantecao.
Les bars et restaurants ne manquent pas à Madrid ! On trouve de tout et à tous les prix, mon meilleur conseil est de vous laisser porter et de choisir au feeling :-)
Je citerai simplement Das Meigas, Calle de Barbieri dans Chueca: debout au comptoir on commande quelques tapas et fruits de mer dans une ambiance populaire et animée. Attention, à chaque verre on vous offre quelque chose à manger donc vous ne partirez pas la faim au ventre !
Mention spéciale pour Calle de la Corredera et Calle de la Paz (Malasana) où les bars populaires et les restaurants alléchants sont légion.
Ne partez pas de Madrid sans être allés manger au Mercado San Miguel qui est une halle couverte où chaque comptoir propose des mets différents. Dans un autre quartier et une autre ambiance, le Mercado de San Anton est aussi très alléchant et on peut grignoter sur le rooftop !
Je conseille aussi de boire un verre sur la charmante Plaza Santa Ana (rendue célèbre par Pedro Almodovar qui en fit un le décor de "Talons Aiguilles") ou sur la Plaza de las lunas pour échapper à la frénésie consumériste de Gran Via tout en côtoyant les résidents du quartier.

Comme partout on trouve désormais à Madrid des cafés lounge où les tchai latte et autres spécialités de baristas accueillent la jeunesse en quête de quiétude. Le café HanSo (Calle de la Paz) en est le parfait exemple: les petits-déjeuners ou brunchs y sont délicieux.
Le cœur de Madrid est très petit et on peut le arpenter aisément à pieds mais le métro n'est pas cher et une carte rechargeable vous permettra de venir de l'aéroport au centre-ville et parfois, de soulager vos jambes.
Gare aux pick-pockets ! En 15 ans de voyages réguliers, c'est la 1ère fois que je me fais voler ma carte d'identité et ma carte bleue bien rangée dans mon sac en bandoulière. Hasta la vista baby !

dimanche 25 février 2018

Délai de conservation des documents et factures

En attendant le ménage de printemps qui ne devrait pas tarder à arriver (viens quand tu veux printemps, on est prêts !!!), il est temps de trier les papiers que je bourre régulièrement dans la boite des documents et factures "à garder".
Oui, mais que peut-on jeter et que doit-on conserver ?
Selon le site du service public, cela dépend de la nature du document et du délai pendant lequel une réclamation peut être émise.
Bien sûr on conserve les papiers importants comme les diplômes, les actes d'état civil,..
En revanche, il est possible de se séparer:
  • des factures de téléphone fixe, mobile, internet au bout d'1 an
  • des documents de location de résidence principale: contrat, état des lieux, quittances de loyer, 3 ans après la fin de la location
  • des relevés bancaires et talon de chéquiers de plus de 5 ans
  • des factures d'électricité, gaz, eau de plus de 5 ans
  • des documents relatifs à la copropriété dont correspondance avec le syndic au bout de 10 ans
On peut aller encore plus loin et mettre le nez dans les assurances et les impôts mais par prudence je préfère en rester là pour le moment, satisfaite de mon gros sac de papiers qui passeront directement à la déchiqueteuse.

Ça fait toujours du bien de faire un peu le vide, vous ne trouvez pas ?

dimanche 18 février 2018

Gratin de chou-fleur léger

Les légumes d'hiver sont encore bien présents sur les étals du marché. Cette semaine je me suis lancée dans la série "chou-fleur" et je partage une recette "light" mais bonne qui m'a été demandée.
Préparation : 20 min
Cuisson : 30 min

Ingrédients:
1 gros chou-fleur
25 g de beurre
30 g de farine
1 bouillon de volaille
40 cl d'eau
5 cl de crème
50 g de fromage râpé
sel, poivre, muscade


Préparation:
Préchauffez le four à 200°C (thermostat 6-7)
Nettoyez le chou-fleur et coupez-le en bouquets que vous disposez dans une cocotte-minute. Cuire 8 min après le sifflement de la soupape, vérifiez la cuisson avec la pointe d'un couteau (tendre mais pas mou).

Pour la sauce blanche allégée, faites bouillir un bouillon de volaille dans l'eau. Faites fondre le beurre dans une casserole et ajoutez la farine. Versez peu à peu le bouillon bien chaud en fouettant comme pour une béchamel. Salez, poivrez, ajoutez la muscade et un peu de crème si vous le souhaitez.
Beurrez un plat à gratin et recouvrir le fond de sauce. Disposez dessus les bouquets de chou-fleur tête en bas et recouvrir du reste de sauce.

Parsemez de fromage râpé et enfournez pour 30 min.

dimanche 11 février 2018

Romans en série: Agatha Raisin

Je ne vous parlerai pas aujourd'hui de grande littérature mais plutôt d'un roman de gare qui se lit tout seul, qui ne nécessite pas de réflexion, pas de dictionnaire à portée de mains mais à l'enquête bien ficelée et une bonne dose d'humour british.

Agatha Raisin, prêtresse des relations publiques à Londres, s'offre pour sa retraite un joli cottage dans la campagne anglaise.
Pour tromper la crainte de l'ennui, elle se lance à la découverte de son nouveau cadre de vie et des habitants du village qui ne se révèlent pas tous très accueillants.
Sorte de Miss Marple des temps modernes au caractère bien trempé, Agatha se retrouve rapidement au cœur d'une histoire de meurtre et se lance dans l'enquête qui lui attirera de nombreuses inimitiés.

"La quiche fatale" est une histoire rafraichissante, divertissante et "Remède de cheval" également
L'auteur écossaise M.C Beaton dépeint à merveilles les paysages anglais mais aussi les personnages de ses romans.
Je ne lirai pas frénétiquement les 28 tomes des aventures d'Agatha Raisin, pourtant j'en relirai certainement un ou deux si l'occasion se présente, pour le plaisir de retrouver l’héroïne entre une tasse de thé et un verre de gin, cigarette au bec !

dimanche 4 février 2018

Week-end au sommet !

Invitée par une amie à partager un week-end en Relais & Châteaux, nous partîmes à La Clusaz afin de satisfaire notre envie de luxe, calme et volupté dans un beau paysage enneigé ! (oui, j'ai décidé de réhabiliter le passé simple bien trop délaissé à mon goût ...)
Vous vous dites certainement que je suis beaucoup trop gâtée puisque je reçois tout de même énormément de cadeaux: vous avez raison !
'Au cœur du village' est un hôtel 5 étoiles avec piscine, bain à remous, hammam, sauna et un espace détente. Autant dire qu'il n'était pas question de skier mais bien de PRO-FI-TER.
L’hôtel est un beau chalet moderne aux chambres confortables, aux détails soignés et à la literie exceptionnelle.
J'ai apprécié le diner au restaurant de l’hôtel 'Le Cinq' mais je me remémorerai surtout le petit-déjeuner buffet exceptionnel: produits de grande qualité, à la fois sains, copieux et savoureux.

Et comme le hasard fait parfois bien les choses, nous avons retrouvé sur place des copains avec qui nous avons partagé un bon moment de ski-bar 'Chez Arthur' sous un soleil inimaginable !
Y' a pas à dire, le luxe c'est le pied :-D

samedi 27 janvier 2018

D' après une histoire vraie

Encore un roman facile à lire tant par le style que par le récit qui m'a captivé.
L'auteur rencontre une personne qui, pas à pas, devient une amie... une amie qui prend beaucoup de place dans sa vie, a moins que ce soit l'auteur qui lui laisse prendre toute la place ...

Dès les premières lignes l'auteur s'interroge sur les raisons pour lesquelles les choses se sont passées, sur les signes qui auraient dû l’alerter, sur ce qu'elle n'a pas voulu voir et on comprend que le récit suit le cours des événements pour mieux les analyser.

Au fil de la narration le trouble s'installe et malgré les réponses apportées par les dernières pages, on ne sait vraiment dire ce qui s'est joué dans cette histoire. Et c'est là tout le sujet de ce roman "psychologique". Qu'est-ce que l'écriture, qu'est-ce le public attend, qu'est-ce qui est "vraiment vrai", est-ce que la fiction ne se nourrit pas obligatoirement de réalité pour qu'elle semble "vraie" ?
(Rassurez-vous le récit est beaucoup moins barbant que cet avis...)

Prix Renaudot 2015, la mise en abyme est réussie et la relation amicale intrigante: encore un roman que je recommande !