dimanche 10 décembre 2017

Les 100 livres qu'il faut avoir lu dans sa vie


Les 100 livres qu'il faut avoir lu dans sa vie


Au bureau j'ai un chouette groupe de collègues avec qui on enchaine les blagues potaches, les contrepèteries mais aussi des moments culturels autour de la mythologie, de l'histoire des civilisations, de la religion ou de la lecture...
Il y a peu, l'un d'entre nous est tombé sur la liste des 100 livres qu'il faut avoir lu et cette liste nous a captivés !
On a discuté, on a débattu, on a fait la liste de ceux que nous avions lu ou non et nous nous en sommes prêtés. Voilà comment j'ai hérité de "Pêcheur d'Islande", de Pierre Loti que je connaissais pas du tout et que je n'aurais probablement jamais lu. Officier de marine et romancier, en 1886 Pierre Loti évoque la vie des marins bretons qui partent pêcher en Islande laissant leur famille de longs mois au risque de ne pas revenir, happés par la mer du Nord.
Si l'amour est présent dans ce roman, c'est la mer qui dirige le quotidien des pêcheurs comme de leurs familles, pourvoyeuse de vie ou de mort.
Le texte est bien écrit, les descriptions sont sobres et empreintes de sensibilité, j'ai apprécié ce voyage et le calme qui émane de ce récit: bonne surprise :-)

J'ai essayé de retrouver la liste dont nous étions partis pour la partager avec vous, en vain. Il en existe toutefois de nombreuses pour vous inspirer !



dimanche 3 décembre 2017

L'important n'est pas la chute ...


L'important n'est pas la chute ...


Mais l'atterrissage. (Mathieu Kassovitz).

J'ai reçu en cadeau d'anniversaire un baptême de chute libre en soufflerie !
Je m'y rends avec la délicieuse personne qui m'a gâtée sans vraiment savoir ce qui nous attend.

Une fois sur place on s'installe pour patienter face à la soufflerie dans laquelle on voit les premiers sauts. De prime abord ça ne semble pas simple, les personnes bougent très peu et le moniteur tourne autour pour les éloigner des parois, les tenir, redresser les positions ... doucement mais surement l'appréhension nous gagne.

Le moniteur arrive et emmène le groupe en salle de briefing pour nous expliquer ce qui va se passer et nous donner les instructions, les codes pour communiquer dans la soufflerie, puis nos combinaisons, lunettes, casques, bouchons d'oreille. Après 15 minutes, nous partons vers la veine.

Nous avons eu droit chacune à 2 sauts d'une minute. Ça peut sembler court mais c'est bien assez long pour débuter ! A 140 - 160 km/heure, la pression de l'air rend nos mouvements difficiles et il faut rester attentif pour suivre les instructions du moniteur. Lors du deuxième passage, un peu ragaillardies, nous acceptons de monter avec le moniteur en hauteur dans la veine pour mieux ressentir la vitesse et l'effet chute libre: sensations garanties. A la sortie le cœur bat la chamade, les muscles ont bien bossé et l'adrénaline est au top :-)
Le moniteur prend une minute pour nous faire une démo d'acrobaties et figures dans la veine, à grande vitesse et tout en maitrise: c'est bluffant !
Il est déjà temps de rendre le matériel, de recevoir un diplôme de baptême de chute libre et d'échanger avec le moniteur avant de repartir.

Je ne savais pas forcément à quoi m'attendre mais ça a été une belle découverte ! Courageuse mais pas téméraire je ne prétends pas être prête à un saut en parachute mais il faut bien avouer que la sensation de planer comme un oiseau à un côté assez grisant.
Si ça vous tente, faites un saut (ah, ah) sur le site Ifly.

dimanche 26 novembre 2017

Brioche ratée !

Brioche ratée !


Hé oui, la cuisine c'est parfois aussi des ratés, n'ayons pas peur de le dire.
J'assume mon ratage du week-end et je le partage avec vous car il y a toujours quelques chose à apprendre :-D

Désireuse d'utiliser mon sublime Kitchenaid, j'ai voulu tester la recette de mon amie Miss Tchiiif pour réaliser une brioche tressée très gonflée.
La recette demande pas mal d'anticipation pour permettre à la pâte de bien lever (2 fois 8 à 10 heures de repos) donc je démarre samedi midi aux aurores.
Au fur et à mesure de la journée je me rends bien compte que ma pâte ne lève pas du tout ... au final c'est une brioche plate et dense qui sort du four ce matin :-/


Qu'est-ce qui explique cet échec ?
2 éléments: j'ai utilisé de la farine bio que je conserve dans un pot donc autant dire qu'elle devait être fluide et sans grumeaux au lieu d'être la T55 requise...
Ensuite je n'ai pas été très attentive et j'ai utilisé de la levure chimique au lieu de la levure de boulanger sèche. GROSSE ERREUR !! La levure chimique nécessite de la chaleur pour s'activer pleinement ce qui n'est pas le cas de la levure de boulanger qui se nourrit du sucre et du glucose contenu dans la farine pour agir.
Autant dire qu'avec des temps de pause si longs j'ai complétement perdu l'action de la levure avant de l'exposer à la chaleur.

Voilà de quoi se coucher moins bête ce soir ... je vous donne la recette de Miss Tchiiif pour vous lancer à votre tour:
http://cuisine-lifestyle.com/brioche-treeees-gonflee/

dimanche 19 novembre 2017

Quelques jours à Nice (2/2)


Quelques jours à Nice (2/2)

Après avoir esquissé les possibles balades et visites culturelles de la ville, je partage quelques infos pratiques.

Où loger à Nice ?
L'offre hôtelière est très large à Nice, il y en a pour tous les prix et dans tous les quartiers.
J'ai choisi la Villa Otero dans le quartier des musiciens proche de la gare.
Ce n'est pas le plus central pour visiter la ville mais l’hôtel est si beau que j'ai craqué ! Dans une ancienne maison bourgeoise à la décoration années 20 canon, chambre confortable (lit king size) et accueil attentionné. C'est un hôtel "Happy culture" donc un goûter est proposé à tous les convives entre 14h et 18h avec gâteaux et citronnades !


Que mange-t-on à Nice ?
On trouve de tout à Nice !
Pour moi l'incontournable c'est d'aller manger chez René Socca dans le Vieux Nice (3, rue Malherti). On fait la queue dans la rue (pendant un long moment l'été) et on choisit parmi les petits farcis, les beignets de sardines, de cébettes ou de fleurs de courgettes, la pissaladière, les sardines grillés, la socca, la tarte aux blettes sucrée, etc ..


A mon avis le best-of c'est socca / beignets de cebettes / beignets de fleurs de courgettes. Pas diet mais si bon :-D Vous ne connaissez pas la socca ? une grande galette à base de farine de pois chiches cuite au feu de bois: delicious !!!
Une fois servi et les assiettes en mains vous cherchez une table libre dans la rue, que normalement vous partagerez avec d'autres gourmands.

On peut déjeuner d'un bento chez YuyuBento (27 rue Tonduti de l'Escarène) ou bien au Workhouse Café (64 boulevard Risso).
Le soir les tapas d'El Merkado vous tendent les bras sur la grande terrasse de la rue St François de Paule. Dans le quartier des musiciens vous pourrez aussi déguster des planches apéritives et de bonnes assiettes (saumon fumé, rillettes de thon) au bar Le Tono (18 avenue Georges Clémenceau) qui propose de bons vins sur une terrasse calme.
Pour l'apéritif le spot "waouh" c'est Le Plongeoir, 60 boulevard Franck Pilatte qui n'est autre qu'une avancée sur la mer... de quoi se remémorer Brice de Nice attendant la vague :-)

Je finis par l'incontournable des vacances: la glace !
Fenocchio est le glacier réputé de Nice avec une centaine de parfums de glaces et de sorbets artisanaux qu'on déguste sur la jolie place Rossetti du Vieux Nice.
Désormais on parle aussi du voisin Gelateria Azzurro (1 rue Sainte Réparate) qui propose de bonnes glaces dans un délicieux cornet fait maison, un peu moins chères que son concurrent et moins d'attente.
A vous de tester et de juger !

dimanche 5 novembre 2017

Les chaussures italiennes


Les chaussures italiennes


Sur une île isolée et enneigée de Suède, alors qu'il prend son bain quotidien dans un trou de glace Fredrik voit sa solitude rompue par l'arrivée d'une silhouette. Cette intrusion est le début d'un voyage dans le passé mais aussi d'un road-trip scandinave à travers la neige, la forêt, les lacs, les cabanes et une histoire inachevée.
L'ancien ermite se retrouve soudainement entouré de femmes, face aux choix et erreurs qu'il a fait des décennies auparavant et il affronte finalement tout ce qu'il a fui et qui l'a amené sur son île.
L'histoire de ce robinson suédois offre une réflexion sur la vie, la mort, la solitude. C'est un récit simple mais qui fonctionne !


dimanche 29 octobre 2017

Quelques jours à Nice (1/2)


Quelques jours à Nice (1/2)


Cet été, après les travaux à la maison, pas de grandes vacances pour nous mais un périple dans le sud entre Arles (j'en parle içi) et Nice, ville que j'arpente de temps à autre depuis maintenant une vingtaine d'années.
Nice est une ville particulière car il s'agit d'une grande ville au bord de l'eau avec des couleurs d'Italie et une identité bien marquée. Si on apprécie de flâner sur la promenade des anglais, le patrimoine historique et culturel de la ville n'est pas négligeable.

Que faire à Nice ?
-  une balade: on monte à pieds (oui oui) à la colline du château pour avoir une vue époustouflante sur la ville, la mer, le port et les alentours. Une jolie cascade et un grand parc vous attendent en haut pour vous rafraichir. Je conseille de partir de la vieille ville, a proximité de la place St François (beaux étals du marché aux poissons) se trouvent des escaliers qui vous emmènent assez facilement en haut de la colline.
- un marché: celui du cours Saleya. L'animé marché aux primeurs et aux fleurs incite à flâner parmi les étals et à s'émerveiller des fleurs qui s'épanouissent sous ce climat clément.
- une expo: à la Galerie Lympia l'ancien bagne du port récemment réhabilité en lieu d'expo. Par chance j'ai vu "Giacometti, l’œuvre ultime": une merveille !
- un musée: le MAMAC (Musée d'Art Moderne et D'art Contemporain) qui dévoile une collection assez récente (de 1950 à aujourd'hui) notamment les œuvres d'Yves Klein et de Niki de Saint Phalle.
Je garde sous le coude les visites du musée Matisse, du musée Chagall et du palais Lascaris pour une prochaine fois.

Que faire aux alentours ?
Entre les plages et l'arrière-pays il y a tant à faire aux alentours de Nice.
Durant ce séjour nous avons été à St Paul de Vence pour visiter la Fondation Maeght. L'entrée est chère (15€/personne) mais j'avais vraiment envie d’arpenter le jardin planté d’œuvres, de visiter ce lieu années 60 à l'architecture atypique avec une chapelle de poche. Georges Braque, Joan Miro, Giacometti, Chagall ... je n'ai pas été déçue.


Nous avons ensuite trouvé le calme et la fraicheur dans le village médiéval de Tourettes-Sur-Loup. Au détour de ruelles et de passages voutés, la "Cité des violettes" est une halte agréable pour déambuler et s'installer en terrasse pour boire un verre.

Du côté du Cap d'Ail se cache un très joli sentier littoral plutôt facile car plat. Durant plusieurs kilomètres on longe le bord de mer et on admire de magnifiques villas et jardins surplombant la mer ainsi qu'une flore exotique. Si on ne souhaite pas marcher longtemps on peut n'en faire qu'une partie depuis la Pointe des douaniers par exemple.

Le joyau découvert est le village médiéval d' Eze littéralement accroché à un éperon rocheux et surplombant le littoral. Ça grimpe sec pour découvrir ce village et son magnifique et incroyable jardin exotique qui regorge de succulentes, de statues, de plantes méditerranéennes, de lieux propices à la contemplation d'un panorama unique.Mon coup de cœur de cette session niçoise !


Et on ne fait pas de shopping ? Ben si on peut aller au nouveau centre commercial Polygone Riviera à Cagnes-Sur-Mer et trouver son bonheur parmi les nombreuses enseignes et restaurants rassemblés dans différents quartiers.
Mon conseil ? Les boutiques qu'on n'a pas à Lyon ! Cos, & Other Stories, Grand playground, le restaurant asiatique Mao Tsumy et le bar à jus Joe & The Juice pour reprendre des forces. Étonnant cet immense centre commercial en plein air planté d’œuvres d'art contemporain !



dimanche 22 octobre 2017

Mon osso bucco à la milanaise


Mon osso bucco à la milanaise


Ça faisait un p'tit moment que j'en avais envie, je me suis lancée: ossu bucco à la milanaise et ses tagliatelles fraîches, un vrai régal !
Je boudais la recette en raison du temps de cuisson prohibitif (3h !) mais une nouvelle recette à la cocotte m'a réconciliée avec ce classique de la cuisine italienne.

12 minutes de préparation et 18 minutes de cuisson, liste des courses pour 4 personnes:
  •  4 tranches de jarret de veau 
  • 2 oignons + 1 gousse d' ail 
  • 4 tomates ou 1 petite boîte de tomates pelées
  • 20 cl vin blanc 
  • 30 cl bouillon de volaille 
  • 3 cuillère à soupe d' huile d'olive, sel, poivre
Je débute en hachant finement les oignons et l'ail et en assaisonnant la viande.
Dans la cocotte, je verse l'huile et fais colorer la viande avant d'ajouter les oignons et laisser dorer.
J'ajoute les tomates, l'ail, je verse le vin blanc, le bouillon de volaille, j'assaisonne et je ferme la cocotte.
Dès que la vapeur s'échappe, je baisse le feu et je laisse cuire 18 minutes.
Quelques minutes avant la fin je fais cuire les tagliatelles fraîches al dente.
Je dresse les assiettes avec l'osso bucco et sa sauce et les tagliatelles proposées avec du parmesan râpé.

Buon appetito !

dimanche 15 octobre 2017

Où boire un verre de vin à Lyon ?


Où boire un verre de vin à Lyon ?


Récemment on m'a demandé conseil pour choisir un bar à vins. J'ai donné quelques adresses, puis je me suis dit que ça pouvait aussi vous intéresser :-D

  • Le troquet des sens, 34 rue des remparts d'Ainay, Lyon 2. Une carte intéressante de vins avec pas mal de bio et de bonnes planches aux produits variés (avec du jambon à la truffe !!!!)
  • L'ange di vin, 13 rue de la monnaie, Lyon 2. Joli bar à vins qui propose un grand choix de vins pour tous les goûts et toutes les bourses. On peut grignoter de la charcuterie et du fromage mais aussi commander un petit plat comme un os a moelle (le kiff), des ravioles, ou des produits frais.
  • Mademoiselle Rêve, 215 rue Vendôme, Lyon 3. Dans un cadre plus bohème et souvent bondé, l'accueil est agréable et les planches proposées également !
  • Le café des mauvais garçons, 2 place du petit collège, Lyon 5. Une fois n'est pas coutume, pas de planches à partager dans ce bar atypique mais quelques plats très réussis: burrata qui prend son bain, camembert rôti, tartare thaï... on arrive quand même à partager !
  • Wee- An, 7 rue de la Part-Dieu, Lyon 3. Une carte tellement dense que je ne l'ai jamais lu entièrement, c'est surtout pour l'os à moelle que j'y vais (#lyonnaise)
  • Bonsoir Clara, 7 rue du Chariot d'Or, Lyon 4. Je monte rarement sur la colline mais pour y retrouver des amis je veux bien aller dans ce bistrot à l'ambiance chaleureuse. La carte des vins est plus courte qu'ailleurs mais avec de beaux produits et les petits mets servis sont à la hauteur.

J'en ai testé de nombreux, certains où je ne suis pas allée depuis longtemps (L'harmonie des vins), d'autres où j'ai toujours voulu aller sans l'avoir encore fait (La cave des voyageurs) et d'autres qui m'ont laissé indifférente ... voilà mon top 6 dans le désordre !
Et vous, quelles sont vos adresses préférées ?

samedi 30 septembre 2017

Big Little Lies


Big Little Lies


Tirée d'un roman, voici une série au format particulier: 1 seule saison, 7 épisodes, nada mas !
Parfait pour ne pas s'embarquer dans une histoire qui durera x saisons ... mais finalement j'ai tellement accroché que c'était presque un peu court :-D
Sur les conseils d'une amie et sans en avoir entendu parler je me suis lancée dans cette série HBO au casting bien spécial: Nicole Kidman, Reese Whiterspoon, Zoé Kravitz, ... Des stars féminines du cinéma à la différence des hommes de la série, ce qui rétrospectivement en disait déjà beaucoup sur les intentions de cette série et le message principal.

C'est la rentrée scolaire dans la ville paisible de Monterey et trois femmes se rencontrent. Leurs situations sont différentes mais des liens se tissent pendant que les parents d'élèves se bagarrent pour résoudre une histoire de harcèlement. Derrière les belles apparences on découvre les douleurs et les fêlures de chaque personnage tandis que que les secrets et rumeurs vont bon train.
Grâce aux flashbacks on comprend dès le début que les personnages sont auditionnés dans le cadre d'une enquête pour meurtre, mais qui est mort ?

Je me suis fourvoyée dès le début sur l'identité du macchabée, me suis laissée prendre par le traitement minutieux des protagonistes, ai observé les déferlements de violence de tout ordre, bref: j'ai dévoré les 7 épisodes ...

En attendant de vous lancer dans cette mini-série, écoutez le générique de Michael Kiwanuka "Cold little heart".

dimanche 24 septembre 2017

L'amie prodigieuse


L'amie prodigieuse


Je me suis mise à ce roman avec un temps de retard puisque la "folie Ferrante" a débuté l'an passé mais en me disant que c'était une bonne lecture de vacances.

En Italie dans un quartier pauvre de Naples deux petites filles à la tête bien faite deviennent amies malgré des caractères très différents. Elena et Lila grandissent, l'une se lance les études, l'autre décide de travailler dans la cordonnerie familiale. Leurs chemins s'éloignent sans jamais se séparer, leur amitié est faite d'admiration comme de rivalité.
L'histoire se passe à la fin des années 50, sous le poids de la tradition et l'étau de la pauvreté, sous le regard des voisins et a proximité de la mafia. Quelque chose bouillonne comme le voisin Vésuve et les haines ancestrales sont prêtes à rejaillir et renverser le destin des deux amies.

En lisant ce livre on pénètre une saga, un roman fleuve dont on sait qu'il pourra nous occuper longtemps mais sans y apporter plus d' intérêt que le feuilleton de l'été. Cela peut paraitre dur mais c'est mon ressenti. J'ai bien sûr beaucoup pensé au le livre "D'acier" de Silvia Avallone que j'ai adoré et qui raconte aussi l'histoire de deux jeunes filles dans un quartier pauvre de Naples (j'en parle ici).

Je me suis mise à ce roman sans vraiment savoir qu'il y a avait déjà trois tomes et un quatrième à paraitre mais dans l'immédiat je n'ai pas envie d'aller plus loin, même si la fin de ce 1er tome appelle indubitablement la suite.